Skip to content

Seuils d’élection et contre-intuitivité

by

Comme on l’a vu récemment avec je ne sais plus quelle PDD, les Wikipédiens sont frileux lorsqu’un vote se conclut avec peu de différence (genre 30 contre 28 votes).

Pour y remédier, les élections admins, arbitres et autres proposent un seuil de 2/3 de votes pour. C’est parfaitement logique, afin dêtre certain que l’élection est un plébiscite, on demande qu’il y ait deux fois plus de votes « pour » que de votes « contre ».

Sauf que demander deux fois plus de votes pour que de votes « contre » revient à diviser par deux la valeur d’un vote « pour ». Autrement dit, cela donne la possibilité à une part minoritaire (un tiers) de votants d’imposer le résultat du vote à la majorité.

Typiquement, dans les élections actuelles pour le CAr, tout candidat est rejeté s’il a plus d’un tiers de « contre ». Donc 1/3 des votants a la possibilité de rejeter un candidat, et par extension d’abolir le CAr, même si 2/3 des votants sont pour son maintien.

Voila comment à partir d’une réflexion qui semble parfaitement logique (obtenir un plébiscite à 2/3), on se retrouve dans une situation illogique où les votes possèdent des valeurs différentes et où une minorité peut imposer son choix à la majorité.

Mais loin de moi l’idée de pleurer la probable disparition du CAr.

PS: et je ne parle pas des votes « neutres » qui ont la même valeur qu’un « contre » dans une élection admin…

Publicités

Wikipédia est un réseau social…

by

…et ce n’est pas triste à dire.

Wikipédia, au début, c’était quelques utilisateurs et beaucoup d’articles à créer, autrement dit, il était possible de contribuer même sur des sujets importants sans rencontrer beaucoup de monde. Puis l’encyclopédie s’est agrandie et au fur et à mesure, elle a générée une communauté d’utilisateurs. Plus cette communauté s’est agrandie, plus les utilisateurs se sont retrouvés, tant bien que mal, obligés de collaborer sur des articles importants.

Au début, il était donc possible de reléguer la communauté au second plan, celle-ci n’étant qu’un effet de bord de la rédaction de l’encyclopédie. Mais avec l’essor du projet, la communauté est devenu un élément essentiel pour Wikipédia, car la collaboration est tellement capitale qu’il faut sans cesse gérer ses relations sur WP.

Wikipédia est donc un réseau social dans lequel les liens entre les membres sont matérialisés par des collaborations sur des articles et des discussions en vue de l’avancement de l’encyclopédie.

Alors bien évidemment, quand il y a une société, tout le monde ne peut être d’accord en permanence et des groupes voire des mouvements se forment. Nier l’existence de ces groupes et rejeter l’aspect social de Wikipédia, c’est aller droit dans le mur. C’est malheureusement ce que l’on voit trop souvent avec les arguments utilisés pour couper court aux débats, comme : « Faudrait retourner écrire des articles au lieu de … », « Y’en a vraiment qui prennent WP pour Facebook ».

La première chose à faire, c’est d’accepter le côté social de l’encyclopédie, c’est un projet collaboratif, il faut donc collaborer.

La seconde étape est de réussir à faire cohabiter les différents mouvements, en acceptant la contradiction, ce qui n’est pas franchement le cas actuellement.

Mais, non, Wikipédia n’est pas Facebook.

Impuissance

by

C’est assez amusant tout de même, ce sentiment d’impuissance. On prend l’habitude de pouvoir modifier les pages, corriger les erreurs, faire des ajouts… au fil des articles. Puis on se retrouve bloqué en écriture ou devant une page bourrée de fautes sur un autre site et rien, impossible d’éditer… le sentiment d’impuissance fait surface…

Comble de la chose, ces derniers jours, c’est une page spéciale de Wikipédia qui me fait horreur, et le drame est qu’un mail pointant vers ladite page vient d’être envoyé aux contributeurs confirmés. Tous vont donc passer sur cette page* [L] et vont désespérément chercher l’onglet « modifier » qui n’existe pas. Rien ne sert de nier, chacun d’entre vous aura cherché l’onglet, puis vérifié qu’il était bien loggué avant de se rendre à l’évidence: il est impossible de la modifier ni pour un sysop, ni un autoconfirmed.

Le sujet a été abordé sur le bistro [L] mais sans grand succès. Le « coupable » a été retrouvé, mais rien ne semble bouger. Alors on fait comme on a toujours fait: on regarde la faute, on soupire, et on passe à la page suivante.

*à l’heure où j’écris, la page dit « Cette vote va être conduit au serveurs opérés par SPI. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour être transferré sur le serveur de vote. »

NB: Je suis tout à fait conscient que mon français n’est pas exempt d’erreurs, si vous trouvez des fautes, signalez-les moi.

Les blocages en situation de conflit d’intérêts sur Wikipédia

Le dernier Bulletin des Admins (BA) nous en fournit, hélas, un nouvel exemple (voir ceci, par exemple, pour comprendre le problème) : certains administrateurs, de plus en plus, et avec l’assentiment implicite de plus en plus manifeste de leurs collègues (comme en témoigne l’absence de remise en cause sur le BA dans la section indiquée), se servent de leurs outils, blocage du contradicteur ou protection sur sa propre version, pour passer éditorialement en force sur certains articles. Une situation qui n’est en principe évidemment pas tolérée, la page WP:Blocage spécifiant ainsi qu’un administrateur « ne bloque pas un contributeur dans un conflit où il est lui-même partie ; seul un autre administrateur (extérieur au conflit et neutre) pourra pratiquer le blocage », mais qui, en pratique, de manière insidieuse via répétitions engendrant, l’air de rien, la force de l’habitude (c’est la meilleure manière pour faire entrer dans les moeurs tout usage abusif…), sous couvert d’un pragmatisme de bon aloi et qui a bon dos, tend à se généraliser. Ou, du moins, à être ouvertement et impunément commis par quelques administrateurs qui confondent leurs outils avec une étoile de shérif, tout en ne souffrant pas la moindre critique, d’office assimilée à du « trollage ». Ils auraient tort de se priver : les actuels arbitres, dont l’inertie face aux abus administratifs n’a du reste d’égale que leur propension à régler leurs comptes personnels avec les arbitrés, jugent systématiquement non recevable toute accusation d’abus d’outils, quels que soient le nombre et la qualité des griefs avancés (ceci en est une criante illustration. On pourrait aussi citer les décisions de non-recevabilité de Thémistocle-Moez, Sardur-Ironie, Garfieldairlines-Lgd…). Enfin, me direz-vous, ça dépend pour qui : si l’administrateur incriminé est dans le nez de certains arbitres et/ou pas bien en cours, il peut y avoir sanction sans que le moindre abus n’ait été allégué (les arbitres actuels allant jusqu’à chercher eux-mêmes des éléments, du reste peu probants, pour étayer leur décision, piétinant ainsi allègrement le principe de l’interdiction de l’autosaisine. Ceci pour une non moins criante illustration).

Les arbitres ayant donc de facto démissionné, en attendant l’officialisation de leur départ en septembre prochain, que reste-t-il à faire en cas d’abus patenté ? Pas grand chose, et c’est tout le problème. D’un point de vue règlementaire, seul le CAr, dont je viens d’exposer la déprimante inefficacité en la matière, a l’autorité pour prononcer un desysoppage. Ce dernier a beau être techniquement exécuté par les stewards, ils vous jetteront sur les roses si vous allez exiger auprès d’eux une destitution. Les stewards ne sont ici que des exécutants de décisions prises par d’autres. Rien à espérer de ce côté-là. Rien non plus à espérer de la page Wikipédia:Administrateurs/Problème, pourtant officiellement créée pour parler des éventuels abus des administrateurs, cette dernière ayant été au fil du temps transformée en appeau à trolls ne faisant rien du tout, si ce n’est le discrédit automatique du plaignant (quand  bien même celui-ci aurait de sérieux griefs à faire valoir). Plus porteur pourrait être un coup de gueule sur le Bistro, mais rien de concret ne s’ensuivra, si ce n’est une discussion où tout le monde gueulera partout, éventuellement ponctuée d’une demande de blocage du critique virulent par l’administrateur « outragé ». Demande en principe heureusement refusée (encore que…).

La seule solution restante est en réalité la procédure de contestation d’un administrateur, mais elle reste pour l’heure dans le domaine du volontariat malgré la prise de décision la rendant obligatoire, les modalités d’application envisagées n’ayant malheureusement pas trouvé le moindre consensus. C’est pourtant le seul chemin, et le plus respectueux en outre de la supériorité communautaire (je n’ose écrire « démocratie »), donc le plus légitime, donc prêtant le moins le flanc à la polémique. Il est par conséquent urgent de relancer l’étude de l’application de la décision prise. En attendant, quelques administrateurs hyperactifs et autoritaristes pourront certes s’en donner à coeur joie, mais il suffit de faire encore le dos rond quelques temps seulement. Les temps commencent à changer… 🙂

La première Wikipédia avec 11 millions d’articles : fr.

by

Il y a quelques jours, un contributeur bien connu a lancé un message au bistro pour, hum, je ne sais pas trop comment interpréter ça, faire son comin’ out ? [L]

S’en suit une longue discussion sur le fait que c’est pas bien de contribuer de manière automatique sans Botflag et à des vitesses qui peuvent surcharger les serveurs (Oui, certains n’y croyaient pas, et pourtant, [L] spécifie bien que ceci constitue un problème). A un moment donné, quelqu’un fait même la réflexion que ceux qui veulent pas qu’on contribue automatiquement cherchent à empêcher les autres de contribuer. En effet, un raccourci trompeur veut que « créer un article, c’est bien » et « supprimer un article, c’est pas bien ».

C’est vrai qu’en parallèle, j’ai soulevé une question sur l’admissibilité d’un millier de météorites sur le portail astronomie. Ce sont des articles, ébauches, avec pour seul texte (pour la plupart) : « L’astéroïde (439) Ohio a été découvert par E. F. Coddington le 13 octobre 1898. » accolé a une infobox qui détaille les caractéristiques de l’astéroïde à partir de données datant de 2005 donc obsolètes/erronées par rapport aux données du JPL (comparer [L] et [L] – et qu’un astronaute me trompe si je m’arrête).

Nous avons donc plus d’un millier d’articles pas à jour, probablement pas ou très peu suivis et qui ne contiennent guère plus que des données disponibles sur une base de données de la NASA.

On m’apprend alors qu’il existe « 279 722 astéroïdes numérotés », et un astronome m’informe également qu’il possède une liste d’environ 10 millions d’étoiles, avec leurs caractéristiques. C’est à dire que j’ai de quoi faire plus de 10 millions d’articles du même contenu que nos astéroïdes (une phrase+une infobox). Si on considère donc que ce type d’article est encyclopédique et d’une notoriété suffisante, fr: peut rapidement devenir le projet avec le plus grand nombre d’articles, et de loin (en: est à environ 3,7 millions). Il suffit de lancer un petit script sur cette base de données qui nous créera les 10 millions d’articles pendant qu’on pourra siroter un demi devant IRC. fr: deviendra alors la première Wikipédia, avec trois fois le nombre d’articles de en:, si ça c’est pas la classe (et en plus, avec ça, j’aurais un éditcount qui me permettra d’être admin, bubu, stewart, arbitre, CU, abusefilter, oversight et plus encore).

Qu’attendons-nous ?

Ouverture

by

Et voici, l’ouverture d’un n-ième blog sur wikipédia…

Ce blog aura sans doute une légère tendance suppressioniste.

Néanmoins, le blog ne se veut pas militant et j’espère que ses contributeurs prépareront d’intéressants billets généraux sur Wikipédia et ce qui tourne autour.

Je souhaite donc que ce blog soit tenu par divers contributeurs invités et qu’il ne soit pas un blog personnel.

Bonne lecture.