Skip to content

Seuils d’élection et contre-intuitivité

by sur 20 septembre 2011

Comme on l’a vu récemment avec je ne sais plus quelle PDD, les Wikipédiens sont frileux lorsqu’un vote se conclut avec peu de différence (genre 30 contre 28 votes).

Pour y remédier, les élections admins, arbitres et autres proposent un seuil de 2/3 de votes pour. C’est parfaitement logique, afin dêtre certain que l’élection est un plébiscite, on demande qu’il y ait deux fois plus de votes « pour » que de votes « contre ».

Sauf que demander deux fois plus de votes pour que de votes « contre » revient à diviser par deux la valeur d’un vote « pour ». Autrement dit, cela donne la possibilité à une part minoritaire (un tiers) de votants d’imposer le résultat du vote à la majorité.

Typiquement, dans les élections actuelles pour le CAr, tout candidat est rejeté s’il a plus d’un tiers de « contre ». Donc 1/3 des votants a la possibilité de rejeter un candidat, et par extension d’abolir le CAr, même si 2/3 des votants sont pour son maintien.

Voila comment à partir d’une réflexion qui semble parfaitement logique (obtenir un plébiscite à 2/3), on se retrouve dans une situation illogique où les votes possèdent des valeurs différentes et où une minorité peut imposer son choix à la majorité.

Mais loin de moi l’idée de pleurer la probable disparition du CAr.

PS: et je ne parle pas des votes « neutres » qui ont la même valeur qu’un « contre » dans une élection admin…

Advertisements

From → Wikipédia

3 commentaires
  1. Assez d’accord avec ton analyse. Je dois dire que je comprends les votes contre systématique contre les sortants du dernier CAr (il y a une sorte de responsabilité collective), mais beaucoup moins les votes contre systématiques tout court — ils pénalisent notamment les candidats contestataires (Juraastro, Garfieldair, Pic-Sou, toi-même…)…

    Le problème c’est que les critères ont été établis à une époque où le consensus était facile à obtenir. Après tout, le plancher d’admission pour les administrateurs a été abaissé de 80 à 75% au fil des ans. Pourquoi n’en irait-il pas de même pour les arbitres ?

    • argos42 permalink

      Ce que je montre, c’est que tout plancher différent de 50% déséquilibre le poids des votes et on perd donc l’égalité des électeurs face au scrutin.
      Comme je l’ai dit, les votes contre systématique sont un vote contre le CAr, et comme je l’ai expliqué ici, pour une PDD abolissant le CAr il faudrait 50% de voix, ici, il suffit de 33%. Mais c’est le règlement du CAr qui veut ça.

  2. Blob permalink

    D’un autre côté, cela assure d’avoir des élus portés par une sorte de plébiscite… si 2/3 de la communauté votent pour un arbitre après réflexion, alors on peut supposer que cet arbitre sera meilleur qu’un avec seulement 51% (puisque 49% a estimé qu’il sera mauvais). Bien sûr, le seuil de 2/3 est un peu arbitraire car ne recouvre par tout à fait la notion de consensus, mais cela s’en rapproche un peu. Donc sur la théorie, ça va. Sur la pratique, tu as raison de souligner quelques défauts.

    Dans le cas présent, il est bien possible qu’aucun arbitre ne soit élu, cela ne signifie pas l’abrogation du CAR (qui ne peut être décidé que par PDD avec consensus pour remplacer l’ancien consensus) ; qui sait, après six mois sans, peut-être que le 16e aura un vrai succès !

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :